Virgile Saint-Omer confirme à Lomme

Ce qui est formidable avec le format multi-enchaînement (2,5/10/2,5/10/2,5), c’est que la multiplication des transitions permet aux spectateurs de voir les athlètes plus souvent, d’une part, et de casser les pelotons, d’autre part. Cette demi-finale nationale zone Nord de duathlon a été palpitante. Non seulement pour la raison évoquée précédemment, mais aussi parce que les rebondissements allaient être nombreux et les victoires se jouer d’un rien.

D3 masculine

10 clubs au départ : 7 de la Ligue des Hauts-de-France et 3 d’Ile-de-France. Tout démarre bien pour nos jeunes régionaux, avec notamment les deux premiers du Championnat de France Cadets Virgile Saint-Omer (COT) et Kilian Carpentier (Lys Calais) qui pointent à l’avant. Après un premier enchaînement course à pied / vélo qui eut pour effet d’étirer le peloton et de faire une première sélection, c’est à partir de la 2èmetransition et la 2èmecourse à pied que les choses allaient prendre tournure. Avec un premier pack composé de 4 COTistes, 4 Beauvaisiens et Kilian Carpentier. Ce dernier, isolé,  aurait pu laisser les leaders pour le classement clubs s’expliquer entre eux, mais sa générosité dans l’effort, déjà démontrée à Bondoufle, l’incita à prendre la tête plus souvent qu’à son tour ! C’est alors que de 4, on allait passer à 3 COTistes, puisqu’Hugo Courbot s’arrêtait. Du coup, à 4 contre 3, les Beauvaisiens se dirent qu’avec ce nouveau rapport de forces, ils pouvaient tenter quelque chose. C’est ce que fit l’expérimenté Victor Debil-Caux. Se considérant le moins rapide à pied, il a attaqué à vélo pour contraindre les adversaires à travailler et préparer le terrain pour ses partenaires sur la dernière à pied. Opération à moitié réussie, puisqu’il ne parviendra pas à créer un écart conséquent et que les COTistes gérèrent leur effort pour revenir peu avant l’ultime transition. Il n’empêche qu’on sentit à l’entame de la dernière course à pied que les rouges de Beauvais étaient mieux placés que les blancs et noirs du COT. Le suspense fut haletant. Arrivèrent successivement sous l’arche Virgile Saint-Omer (COT), Charles Franckaert (Beauvais), Hugo Winock (COT), Kilian Carpentier (Lys Calais), puis 3 Beauvaisiens. Enfin arrivait Louis Thomas (COT). L’écart à l’arrivée ? Une seule place ! En faveur du COT. Un grand bravo à Virgile Saint-Omer, donc, qui, par une course à pied à nouveau tonitruante, a grandement contribué au succès de son club. Consécutivement à sa victoire aux France à Bondoufle, le cadet de la fratrie vient de vivre deux dimanches exceptionnels.

Les autres clubs qualifiés pour la finale à Paris en septembre prochain sont Lys Calais 3ème, Cambrai 4èmeet Courbevoie 5èmequi sauve l’honneur pour l’Ile-de-France. Valenciennes n’était pas loin de cette dernière place qualificative, mais le beau finish de Christophe Marion et Nicolas Marin n’aura pas suffi. Quant aux Gravelinois, constamment dans le coup eux aussi, ils n’ont finalement pas été classés. Partis à 4, ils ont ensuite perdu un élément (DNF) avant qu’un autre ne soit retiré du classement pour ne pas avoir effectué sa pénalité (DSQ). Dommage !

D2 féminine

On a beau vouloir mettre les féminines sur un pied d’égalité avec les messieurs, il faut avouer qu’avec 3 clubs au départ pour 5 places qualificatives, la compétition a manqué de densité !  Au vu des forces en présence, il apparaissait que l’intérêt de cette demi-finale résidait dans le match qui opposerait l’US Palaiseau et Team Noyon. Avec Cassandre Pelcef pour le club de l’Oise, Loanne Le Bihan et Jeanne Besnier côté essonnien, la course démarrait tambour battant. Coup de théâtre : Loanne Le Bihan, la cadette vainqueur à Paillencourt, mettait le clignotant. Du coup, la cote picarde (à ne pas confondre avec la côte picarde !) montait d’un cran, avec Cassandre Pelcef (ex-championne de France U23) et Marie Thuillier qui se montraient les plus rapides à vélo. Cette dernière ne put cependant résister par la suite à la supériorité à pied de Jeanne Besnier. Derrière Cassandre Pelcef dominatrice, puis Jeanne Besnier et Marie Thuillier donc,  arrivèrent 2 Palaisiennes, Amandine Prat et Alix Teupootahiti, suivies de la Noyonnaise Charlotte Gérard. Comme chez les messieurs un peu plus tôt, la victoire a tourné à la faveur des Picardes pour une petite place, tandis que les représentantes du Triathlon Littoral 59 montaient sur la 3èmemarche du podium.

Les autres courses

Avant cette grande épreuve nationale multi-enchaînée se sont disputées des épreuves régionales classiques réservées aux jeunes mais aussi une épreuve S Open. Sur celle-ci, le couple composé de Julien et Justine Brazy (née Lechien) a survolé la compétition. Non pas qu’ils étaient en pleine forme sur cette course de rentrée, mais leurs qualités intrinsèques leur ont permis de conserver une confortable marge d’avance sur des adversaires qui ne les ont vus que de dos !

Que retiendra-t-on de cette journée ? Que ce nouveau site du Stade des Ormes et du Parc Urbain est parfaitement adapté et présente un très beau parcours à pied. Que les spectateurs se sont régalés avec les nombreuses boucles vélo et transitions. Que le soleil généreux avec une température atteignant 26° a donné la banane à tout le monde. Mais, malgré tous ces aspects positifs, on ne pourra s’empêcher de terminer sur un regret : celui de n’avoir pas vu davantage d’athlètes individuels et de clubs profiter des belles conditions offertes…

Eric Cattiaux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *