Une entame de saison triathlétique éprouvante

Il y a des jours comme ça.  Depuis un moment, on attend avec impatience de disputer le premier triathlon de la saison. Avec les partenaires de club, on s’est entraîné, motivé pour être prêt, pour passer un bon moment ensemble et représenter au mieux les couleurs du club. Et le jour J, le plaisir est gâché. Par la météo. On se lève tôt, ciel gris, menaçant, un peu de pluie, la température atteint à peine 7 degrés. Puis, alors qu’on a posé le vélo dans le parc, ce que l’on craignait arriva : une averse. Et une autre, plus forte que la précédente. Et ce fut comme ça durant toute la durée de cette compétition en contre-la-montre par équipe.  Même lorsqu’il ne pleuvait pas, le taux d’humidité était tel que le ressenti était  franchement désagréable. Une fois sur le vélo, les doigts s’engourdissent, puis les membres, les corps tout entiers se refroidissent sans espoir de réchauffement pendant 20 bornes. Descente de vélo : on claque des dents, on a les jambes raides, on prie pour qu’une crampe invalidante ne vienne pas nous contraindre à l’arrêt.

Voilà sans doute le genre de cauchemar qu’ont vécu bon nombre d’athlètes dimanche à Villeneuve d’Ascq, du matin au début de l’après-midi. Alors, chapeau à toutes et à tous ! Bien sûr, certains ont mieux supporté (finalement, les trois kilos que j’ai pris cet hiver avaient du bon !), d’autres beaucoup moins (merci les secouristes d’avoir été là pour m’envelopper d’un peu de chaleur à l’arrivée). Mais tous avaient imaginé une autre entame…

Contre-la-montre par équipes

Meilleur chrono de la première vague pour le Team Go Fast Armentières, habitué à jouer les premiers rôles dans cet exercice si particulier. Puis, c’est l’attente, car si Gravelines n’avait étonnamment pas aligné d’effectif masculin cette année, le Côte d’Opale et Villeneuve d’Ascq Triathlon partaient beaucoup plus tard. Et au vu des hommes présents et des résultats des éditions précédentes, les Armentiérois savaient pertinemment que ceux-ci paraissaient être de redoutables rivaux. Ils allaient en fait être dépassés par 3 clubs et donc être éjectés du podium. Le COT et Villeneuve d’Ascq se sont comme prévu livrés à une belle bagarre. La différence s’est faite à vélo et, à l’arrivée, le COT affichait un avantage de 17 secondes. La 3ème place est revenue aux Beauvaisiens qui ont largement compensé à vélo et à pied leur retard initial sur les Armentiérois. Pour la 5ème place, les Abbevillois ont confirmé leurs bonnes performances passées. Selon toute vraisemblance, TL 59, Lys Calais et RC Arras devraient être les autres qualifiés pour la Coupe de France des Clubs.

Le Côte d’Opale Triathlon Calais Saint-Omer s’impose chez les hommes

La compétition féminine fut moins équilibrée. Ce sont les Gravelinoises qui l’emportaient, avec près de 4’30 d’avance (meilleurs temps natation et course à pied) sur les Arrageoises (meilleur temps vélo) et pas moins de 9′ sur les Compiégnoises. Quant à la compétition mixte, grand chelem pour les couleurs de Lys Calais qui a laissé les autres loin derrière.

Gravelines Triathlon sur la première marche du podium féminin

Courses individuelles

Les conditions météo ont été nettement plus favorables l’après-midi pour les jeunes, et c’est tant mieux pour eux. On retiendra les belles prestations de quelques individualités. La première, c’est une nouvelle performance de Raphaëlle Lucas. Tout juste auréolée de son titre de championne de France de duathlon, place à la préparation des France de triathlon. Elle a battu tout le monde. Oui, je dis bien « tout le monde », comprenez par là qu’elle a non seulement battu assez aisément les autres filles (Elisa Bernacki et Louise Delbarre font 2 et 3), mais aussi tous les garçons ! Autre petit phénomène en herbe : Eliot Delecroix. L’an dernier, le vainqueur pupille s’était classé 3ème au scratch. Cette fois, le pupille a devancé les benjamins. Et pas n’importe comment ! Parti à T2 en compagnie d’Henri Peugniez (Lys Calais), il s’est placé dans la foulée de son aîné avant de placer une attaque décisive dans le 2ème tour à pied ! Et pour ne pas être en reste, son petit frère Oscar l’emportait quelques minutes plus tard chez les poussins après avoir gagné chez les mini-poussins en 2018.  On adressera également nos félicitations à Charlotte Besson qu’on a découverte sous les couleurs du TL59 et qui a pris la 2ème place au scratch aux dépens du Valenciennois Basile Moulin.

Eliot et Oscar Delecroix

Eric Cattiaux

Classements sur prolivesport.fr