Grand Prix de Duathlon à Paillencourt

Les voyants sont au vert pour 7 équipes sur les 8 alignées par les clubs de notre Ligue. Un record ! Gravelines en D2 masculine, Cambrai en D1 féminine et Noyon en D1 masculine ont été les plus performants. Lomme, en D2, a certes été un ton en-dessous. En revanche, nos féminines, dont beaucoup découvraient le niveau de la D1 (voire le duathlon ! ), nous ont épaté.

D2 masculine : bonne entame de Gravelines

Même si Rémi Mariette a été un peu plus lent à se mettre en jambes, il a pu revenir au sein d’un bon groupe en vélo (en compagnie de Thomas Gillodts) et bien terminer.

Quant à Romain Hesschentier et Kevin Callebout, ils ont figuré dans le premier pack. Et quel finish de Romain qui a signé le meilleur temps de la 2ème course à pied !

5ème place à l’arrivée, c’est très bien. La seule frustration dans le clan gravelinois viendra du fait d’avoir loupé la 4ème de peu : ex-aequo avec Caen, c’est le meilleur classement du 3ème athlète normand qui a fait la différence.

Le bilan est nettement plus mitigé dans les rangs lommois. Assez rapidement, Brice Menet, pas dans son assiette à vélo, mettait le clignotant. C’est Joep Staps, le Hollandais en provenance du Team Noyon, qui signait la meilleure place… mais au-delà des trois premiers Gravelinois (27ème). Les autres, accusant un retard de 45″ voire 1′ à l’issue de la première à pied, en étaient réduits à trouver les bonnes collaborations à vélo et finir au mieux sur les 3 km à pied restants. Au final, les Lommois se positionnent au 13ème rang. Ne nous inquiétons cependant pas outre mesure : pour une raison étrange, ils sont coutumiers des premières étapes difficiles!

D1 féminine : grosse satisfaction générale

Suite aux brillantes places de 1 et 2 en D2 de Montreuil et Lys Calais l’an passé, et avec la présence habituelle de Cambrai et Côte d’Opale, la Ligue des Hauts-de-France peut désormais se targuer d’aligner le nombre record de 4 clubs en élite. Si l’on était confiant du côté de Cambrai grâce à une bel effectif au départ (avec notamment la Hollandaise Sophie van der Most et la recrue hongroise Fanni  Soos), on pouvait se demander comment le COT allait se comporter sans Georgina Schwiening (transférée à un Stade Français ambitieux). Et surtout, certains doutaient de la capacité de Montreuil et Lys Calais à s’élever au niveau de la D1 sans s’être réellement renforcés. Mais on s’était inquiété pour rien : les filles ont assuré !

Cambrai s’est classé 4ème, grâce aux qualités de sa Hollandaise, la (déjà) légendaire régularité de sa Belge Emma Claisse et une entrée en matière satisfaisante pour la Hongroise qui a besoin de trouver ses marques dans une compétition où elle débarque encore toute jeune face à des seniors qu’elle ne connaît pas. Après une bonne saison 2017, 2018 démarre bien. Cette équipe-là devrait être à la lutte avec Montluçon et a le potentiel pour profiter d’un éventuel faux-pas des clubs franciliens favoris (Stade Français, Meaux, Issy).

Si Cambrai a donc confirmé, Montreuil a surpris. Très agréablement. Avec un effectif composé d’athlètes inexpérimentées en duathlon, on ne savait pas trop à quoi s’attendre. A l’image de Julie Sylvain qui réalise un top 10 sur chaque course à pied mais doit progresser à vélo, les Montreuilloises n’ont certes pas connu un parcours linéaire sur cette première étape, mais l’important est qu’au final elles se classent 6èmes. Un classement que seuls les plus optimistes des supporters auraient osé imaginer !

Le COT avait énormément souffert l’an dernier, en position de relégable, avant de voir sa cote (!) remonter sur le final grâce à Georgina Schwiening. L’Anglaise est partie sous d’autres cieux, certes, mais les retours conjugués d’Aurore Swidurski et Constance Minet ont fait un bien fou et déchargé Marie-Charlotte Huysentruyt du poids des responsabilités. La 8ème place enregistrée à Paillencourt semble indiquer que le parcours 2018 sera moins stressant. D’autant que l’Ecossaise Gillian Palmer pourrait réapparaître dans le courant de la saison.

L’expérimentée Florence Cucheval (qui a déjà connu la D1 par le passé), est bien sûr le leader naturel du team de Lys Calais. On connaissait déjà Lina Level, on a découvert la Belge Aline Andrieu. Sans coup d’éclat, mais avec beaucoup d’application, les filles ont fait le travail. Florence Cucheval, 22ème au scratch, est 1ère vétérane. Avec une 9ème place au classement clubs, Lys Calais, comme Montreuil, s’est rassuré sur sa capacité à tenir son rang au sein de l’élite.

D1 masculine : Noyon au pied du podium

Le scenario a ressemblé étrangement à celui de l’an dernier, avec un petit groupe qui s’extrait dans la 2ème partie du vélo du pack de tête regroupant tous les ténors ou presque, et qui résiste à pied au retour tonitruant des rapides coureurs des clubs-phares. Avec, cette année, dans le trio des fuyards, le Noyonnais Thibaut Humbert. L’avance prise à vélo permettra au vétéran de finir 12ème, derrière Emile Blondel-Hermant 10ème et devant la recrue Mickaël Chaumond 28ème, deux garçons qui ont fini fort. Le podium était à portée de fusil, mais les Meldois devancent de peu les Picards à la faveur d’une belle homogénéité.

En 2017, c’est Nicolas Baroux qui faisait partie du bon  coup à vélo et s’était révélé aux yeux des observateurs qui ne le connaissaient pas encore au niveau national, se classant 6ème au scratch et 5ème du Championnat de France individuel. Décidément, Paillencourt lui réussit bien, puisqu’il a su se faire sa place  dans le pack des meilleurs et conclure  de belle manière à pied pour se positionner à la 11ème place. Julien Dequidt était également bien placé à T2, mais fut un peu moins véloce : 24ème. Le 3ème homme, David Leclercq, a quant à lui loupé le bon wagon en raison d’une première à pied insuffisante. Il finit seulement 57ème. Dommage que Simon Duwat, qui découvrait ce dimanche le Grand Prix de Duathlon (il est nageur et triathlète à l’origine), ait chuté. Le COT aura sans doute le sentiment d’avoir loupé le coche, puisqu’avec 3 places de gagnées à l’arrivée, le club aurait pu se classer 9ème au lieu de 11ème. Mais cette entame n’en est pas moins encourageante.

Au final, cette première étape (disputée dans des conditions difficiles, surtout pour les membres de la D2 masculine et de la D1 féminine qui ont dû affronter le froid et la chaussée humide et glissante le matin) a été globalement très positive. Prochaine étape : à Parthenay, sur le même format S, dans 3 semaines…

 

Ils ont dit …

 

Olivier Carrier, Président/Coach du Triathlon Club du  Montreuillois :

« Une grande satisfaction ce matin pour moi en tant que Coach de l’équipe Fille D1 et Président du Triathlon club du Montreuillois.

C’était une première pour nous, et je ne peux que me sentir satisfait et fier de notre équipe qui a pu démontrer d’une belle manière qu’elle avait sa place dans ce championnat de France D1 en se classant 6ème au scratch devant de grosses équipes.

Il faut savoir que l’équipe était composée de 4 filles qui disputaient là leur premier duathlon ! Ce qui est prometteur pour la suite de ce championnat.

Notre équipe est composée uniquement de filles de la région Hauts de France, il faudra compter sur elle sur les prochaines étapes.

Grosse première CAP pour Julie Sylvain qui part sur le vélo en 8ème position. Novice à vélo, Julie perdra vite le contact avec le top 10. A 1 min 30, un petit groupe se formait composé de 4 Montreuilloises : Laura Vallois, Mathilde Cottel, Claudine Podvin et Stéphanie Le Besq. Claudine arrive à se détacher sur la partie vélo pour creuser l’écart sur ce groupe.

Au final, Claudine Podvin se classe 18ème, suivie de Julie Sylvain et un beau tir groupé du reste de l’équipe. »

 

Samuel Cucheval, Coach de Lys Calais Triathlon :

« Tout comme sur les manches de D2 les filles ont su être performantes . Outre l’arrivée d’Aline Andrieu, l’équipe reste la même qu’en D2. Nous avions décidé de cette politique en fin de saison dernière.

Les filles et le club en général voulaient rester sur cette logique d’équipe conviviale, ou règne une ambiance détendue sur les regroupements. Même si la pression était palpable les jours précédant la course, les « anciennes » et expérimentées (Florence et Fabienne) ont su rassurer et organiser cette équipe. Pour leur découverte en Division 1,   Aline, Lina et Joséphine ont parfaitement assuré leurs rôles et m’ont montré toutes les qualités déjà perçues durant l’hiver. A noter la participation rassurante de nos jeunes Lilou et Coline en U23.

Bref un bilan très positif pour cette première étape, en espérant que la saison se déroule à l’identique. MERCI les filles!!! »

 

Eric Cattiaux